Le lundi 15 janvier 2018 Doré en début de saison Précédent Suivant Précédent Suivant Précédent Suivant Précédent Suivant
Précédent Suivant
Doré en début de saison

Doré en début de saison

 

Alors que la glace commence à figer sur les cours d’eau, la frénésie s’empare de plus en plus des pêcheurs sur glace. Ce n’est qu’une question de temps pour que le couvert de glace puisse supporter le poid des pêcheurs. Pour les dorés, c’est la période d’alimentation intensive débutée depuis le milieu de l’automne et qui s’étire jusqu’aux premières semaines de janvier. Cette grande période d’alimentation est dans le but de survivre à l’hiver. Ainsi, s’il y a une période où il ne faut pas manquer l’action, c’est la fin décembre et le début de janvier. Ces moments sont généralement très productifs pour les amateurs de pêche aux dorés.

- Les secteurs de prédilection

Chaque lac et chaque rivière contenant des populations de dorés diffèrent dans leur abondance. Si le lac St-Pierre au Québec est réputé pour sa grande population de dorés, certains autres cours d’eau peuvent contenir à peine quelques individus. Mais ce qu’il faut retenir, peu importe le cours d’eau, son comportement ne diffère pas! En début de saison, les dorés s’alimentent intensément. Donc, il faut dénicher son garde-manger. En fait, il faut rechercher un endroit où la nourriture est abondante tout en limitant ses efforts dans l’eau glaciale. Un de mes secteurs préférés est un plateau d’alimentation. Les grands plateaux peu profonds où la profondeur ne dépasse pas 10 pieds (3 mètres) sont à prendre en considération. Ces endroits attirent les poissons-fourrages, les insectes aquatiques et bien sûr, les dorés! En début de saison, la nourriture est abondante dans les secteurs peu profonds. Il ne faut pas rester immobile. Si un secteur apporte peu de résultat, n’hésitez pas à vous déplacer. Le travail vous sera récompensé tôt ou tard! Aussi, les embouchures d’affluents sont grandement à considérer dans vos prospections. Le déplacement d’eau apportera de la nourriture dans le cours d’eau. Les dorés sont naturellement attirés par ces secteurs. La nourriture est déplacée et les dorés n’auront pas à émettre beaucoup d’efforts dans leurs attaques. Un autre secteur où j’aime bien disposer quelques brimbales ou tout simplement pêcher à la dandinette, ce sont les pointes de roches. Ces structures peu profondes sont de véritables cachettes. Les pointes aux abords de fosses sont des secteurs très productifs. Vous pouvez disposer quelques lignes dans une profondeur de 15-20 pieds au milieu de la journée et en disposer sur la pointe jusqu’à une profondeur de 3-4 d’eau  libre sous la glace. En fin de journée, les dorés viendront chasser en faible profondeur. Vous pourriez être surpris de vos résultats. Finalement, en rivière, le long des berges peut parfois réserver quelques surprises.

Par contre, si vous avez déniché une fosse où la dénivellation est remarquable, exploitez là! Couramment, les dorés seront à l’affût dans la dénivellation afin de chasser ses proies à l’abri du courant et ce, sans émettre d’efforts!

- Le choix des leurres

* L’appât naturel

Dans la majorité des États Américains et certaines provinces Canadiennes, l’appât vivant est autorisé à la pêche blanche. Ce qui est à mon avis, le leurre le plus attrayant pour viser les dorés. Ses mouvements et son odeur attirent les dorés sans hésitation. Au Québec, l’appât vivant pour la pêche blanche est désormais considéré illégal à compter du 20 décembre 2017. Cependant, le méné mort comme appât est autorisé dans plusieurs zones de cette province. Contrairement à plusieurs sceptiques, le méné mort est un très bon appât pour pêcher les dorés. Il dégage une odeur naturelle dont aucun parfum artificiel ne peut égaler. Pour l’appâter, vous n’avez qu’à enfiler l’hameçon dans le sens allongé du méné afin de ressortir la pointe de l’hameçon vers l’avant du méné. Évidemment, il n’équivaut pas l’appât vivant mais demeure une belle alternative à cette règlementation restreinte.

* Leurres artificiels

De nos jours, il existe une panoplie de leurres artificiels pour pêcher le doré. Plusieurs compagnies sont sorties des sentiers battus pour offrir des leurres qui se divergent un de l’autre. Certains contiennent des billes, des odeurs d’attraits, des formes particulières ou même des couleurs fluorescentes illuminant dans l’obscurité. Notamment, la compagnie Northland, le plus grand fabricant de leurres pour pêche blanche au monde a innové constamment ces dernières années. De plus, cette compagnie fabrique une très belle gamme de leurres conçus pour pêcher les dorés. Je pourrais vous énumérer des dizaines de modèles avec des formats et des couleurs variées. Je vais m’en tenir avec un ‘’Top 10’’ des modèles les plus réputés. Buck Shot Rattle Spoon de Northland, Shad Rap de Rapala, Ice Jigging de Williams, Puppet Minnow de Northland, Chubby Darter de Salmo, Macho Minnow de Northland, Ice Jigging de Rapala, Flutter Spoon de Northland, Swedish Pimple et Cast Champ (Mr Champ) de Lurh Jensen.

- Les pointes d’activités

Les dorés ne sont pas actifs durant toute la journée. Même s’il arrive de capturer des dorés au cœur de la journée, il y a certaines périodes du jour où l’activité est accrue pendant un court laps de temps. L’heure qui précède l’aube et l’heure précédemment le crépuscule sont des périodes très actives pour cette espèce. Les dorés sont en mode chasse. Ils profitent de cette faible luminosité pour se nourrir intensément. Cette particularité provient de leurs yeux qui possèdent une couche de pigments réfléchissant la lumière appelée tapis choroîdien. Cette couche procure au poisson une excellente vision nocturne. Par mon expérience, les dorés peuvent parfois continuer à se nourrir dans l’obscurité et ce, pendant quelques heures après le coucher du soleil. Couramment, ce sont de gros sujets qui saisiront votre leurre. Surtout n’hésitez pas à placer vos présentations dans très peu profond lorsque l’obscurité prend place. Les dorés vont chasser en faible profondeur. Parfois même jusqu’à peine 2 pieds (60 cm) d’eau sous la glace. Là où la bouffe y est présente. Cependant, il est conseillé de forer tous vos trous à la clarté avant même que l’action débute. Si vous n’avez que quelques heures à allouer pour pêcher les dorés, consacrez votre temps dans ces 2 périodes d’activités d’alimentations intensives. Ces périodes sont garants de succès!

- Conclusion

Pour les amateurs de pêche aux dorés, le début de la saison est sans aucun doute la période la plus fructueuse de la saison hivernale. Jusqu’à la mi-janvier, recherchez les secteurs de prédilection de moins de 10’ (3 mètres) de profondeur. Présentez vos leurres à environ 12’’ (30cm) du substrat. En période de faible luminosité, l’action sera assurément au rendez-vous. Soyez patients, mettez en pratique mes quelques conseils et soyez assurés que vos efforts seront récompensés.

Bonne pêche et bonne saison! 

Retour aux publications