Le mardi 5 février 2019 Leurre : Le succès des odeurs! Précédent Précédent Précédent Précédent Précédent Précédent Précédent
Précédent
Leurre : Le succès des odeurs!

Leurre : Le succès des odeurs!

 

De nos jours, une panoplie de produits consacrés pour la pêche est distribuée à travers les boutiques spécialisées dans ce domaine. Parmi ceux-ci, il y a les produits odorants dans le but d’attirer les poissons à votre leurre. Je vois encore beaucoup de sceptiques dire que ce sont des gadgets pour inciter les pêcheurs à consommer davantage. Mais qu’en est-il vraiment? Tout comme les humains, les poissons ont le sens de l’odorat. Un sens à ne pas négliger. Les odeurs ont elle une influence sur les poissons? Certainement! Toutefois, peu de pêcheurs accordent une importance à ce sens qui est, selon moi, une faculté très influente dans le choix de nourriture d’un poisson.

 

- L’odorat chez poisson

Effectivement, un poisson peut sentir! Par rapport à nous les humains, les poissons ont un odorat extrêmement développé mais c’est à peu près l’équivalent de notre vue pour trouver notre nourriture. Ils ont des narines mais uniquement pour sentir les odeurs. Ils ne se servent pas de celles-ci pour respirer car ils utilisent leurs branchies pour subvenir à ce besoin. Les poissons se guident très peu par la vue car cela lui sert essentiellement à ajuster le dernier coup lors des attaques. Toutefois, l’odorat est très développé grâce à une ou deux narines selon les espèces et ce, complètement distinctes de la bouche. Devant leurs yeux, les narines qui aboutissent à une fosse olfactive qui va ensuite transmettre le message via les nerfs olfactifs jusqu’au bulbe olfactif. Cela signifie que les poissons sont capables de sentir les parfums dans l’eau et autres substances faites pour attirer tels les appâts. Les poissons peuvent percevoir à grande distance l’odeur d’une proie ou d’un prédateur. Aussi, les molécules qui pénètrent par les narines fournissent des informations sur l’environnement. Par exemple, s’orienter dans l’espace. L’odorat joue également un rôle crucial dans la communication entre congénères grâce aux différentes phéromones rejetées dans l’eau. Le système olfactif accessoire est alors mis en contribution. En effet, la communication au sein d’une espèce s’effectue en grande partie via les phéromones, des molécules inodores! On a qu’à penser à un poisson fourrage qui est blessé. Celui-ci dégage des phéromones de détresse qui attira les poissons prédateurs du secteur. L’odorat d’un poisson peut être très puissant suivant l’espèce. Selon certaines études, l’odorat d’un poisson pourrait être d’environ 1000 fois plus puissant que celui d’un chien.

 

- Les groupes de parfums

Il existe plusieurs produits odorants sur le marché. Pour faciliter le choix de ces parfums, je vais les diviser en 4 groupes.

Tout d’abord, il y a les odeurs ‘’aromatiques’’. Ces odeurs ont pour objectif d’imiter une proie naturelle. Les fabricants misent beaucoup sur ces produits car ce sont eux que l’on retrouve dans l’environnement des poissons. Parmi les plus populaires, il y a les arômes de méné, d’écrevisse, de sangsue, de ver, d’éperlan et même de zooplancton. En hiver, le méné, l’éperlan et le ver sont les plus réalistes à cette période de l’année. Ces produits sont fabriqués généralement de matière naturelle de la proie tel que mentionnée sur le contenant. Ensuite, il y a les produits de ‘’curiosité’’. Les poissons ne connaissent pas ces parfums. Les fabricants détiennent chacun leurs recettes secrètes. Cependant, certaines odeurs bien connues attirent les poissons. Particulièrement l’ail! Outre cette odeur, il y a l’anis et le sel. L’ail est utilisé par plusieurs compagnies. Pautzke Bait co., Liquid Mayhem et Atlas-Mikes sont les compagnies les plus réputées dans ce domaine. En général, on retrouve ces produits sous forme de pâte, liquide et gel. Au Québec, un des produits très populaires est le tube ‘’ Méné et ail’’ du fabricant Liquid Mayhem. Un mélange de proie naturelle et de produit de curiosité. Ce produit sous forme de gel rouge a reçu de très bons commentaires pour son efficacité. Aussi, il y a les produits phéromones. Les phéromones sont des substances chimiques comparables aux hormones émises par la plupart des animaux et certains végétaux. Ces signaux agissent comme des messagers entre les individus d’une même espèce transmettant aux autres individus des informations. À la pêche, la phéromone qui nous intéresse est celui d’un poisson-fourrage blessé. Celui-ci émet des signaux d’alarmes lorsqu’il est blessé. Ce qui attire évidemment les prédateurs. D’ailleurs, au Québec, il y a la Ferme Monette qui distribue une gamme de ces produits attractifs. Évidemment, ce sont des phéromones de synthèse. En fait, c’est une fiole contenant des phéromones que l’on mélange avec un gel. Une fois le mélange effectué, l’odeur de phéromone peut persister pendant 48 heures. Pour ce qui est du gel, il est réutilisable. Enfin, il y a les odeurs ‘’naturelles’’. Évidemment, il faut toujours se conformer à la règlementation régionale. À la pêche blanche, l’action des leurres artificiels est plutôt limitée. Donc, pour accroitre les chances de succès, il faut ajouter de l’odeur. Dans les zones où le règlement le permet, l’ajout d’un méné ou d’une tête de méné est excellent. Outre l’odeur de méné naturelle, il y a le ver de terre ou une partie de celui-ci. Les pêcheurs de salmonidés utilisent régulièrement le ver de terre. Aussi on a qu’à penser aux pêcheurs de poulamons.

Ces pêcheurs utilisent des morceaux de foie de porc comme attractif pour capturer cette espèce dans la rivière Sainte-Anne à Sainte-Anne-de-la-Pérade au Québec. Si la règlementation vous le permet, les odeurs naturelles sont, à mon avis, des odeurs à utiliser pour obtenir du succès.

- Les produits répulsifs

Il est important de connaître que certains produits sont répulsifs. Le Deet est probablement le produit le plus répulsif pour le poisson. Cependant, les pêcheurs sur glace n’ont pas à utiliser de chasse-moustiques. Aussi, il y a le PABA. En fait, c’est un agent protecteur qui absorbe les rayons ultra-violets dans les crèmes solaires. Après l’application de crème solaire, il est recommandé fortement de se laver les mains avant de manipuler un appât ou un leurre. Outre cela, les pêcheurs croient fermement que l’essence et les huiles seraient des produits répulsifs. Heureusement, ce mythe a été démenti par les scientifiques car ce sont des éléments non solubles dans l’eau. Concrètement, cela signifie que les molécules sont trop grosses pour être détectées par les cellules sensitives dans la chambre olfactive du poisson.

 

- En conclusion

Si vous me demandez si les odeurs sont essentielles au succès des pêcheurs? Je vais vous répondre sans hésiter….tout à fait! Ce sens est encore beaucoup trop négligé par les pêcheurs. Maintenant, lorsque vous déposerai votre ligne à l’eau, soyez assurés que votre leurre dégage un parfum magique qui pourrait attirer le plus récalcitrant des poissons.

 

par David Vadnais

Retour aux publications